kaernak
Aaah...

Mais que vois-je ?

Salut a toi, noble lecteur. Il y a si longtemps que je n'avais adressé la parole a quelqu'un. Le dernier aventurier a qui j'ai offert mon language raffiné m'a assomé a coup de gourdin. Quel grossier personnage. Un fou, sans aucun doute.
M'enfin, tu m'a l'air sympathique, alors je vais te raconter ma vie. Cela t'interesse, n'est-ce pas ? Je le savais. Je l'ai tout de suite senti. Nous sommes fait pour nous entendre. Cela se voit sur ton visage; tu es si compréhensif, si accomodant, si doux. Je suis sûr que tout le monde t'adore.

Allons, quelle est cette lueur d'incompréhension soudaine dans ton regard ? Fais un effort, mon ami, ce n'est pas comme si mon discourt était ennuyeux. Tu veux une tasse d'infusion d'écorce elfique ? Non ? Il ne faut pas grogner mais dire "non merci", tu sais. Enfin, tu as raison, c'est très mauvais pour la santé, a la longue.
Tu semble passioné par ce que je dis. C'est naturel. Je m'y attendais, bien sûr. Peut de choses me surprennent, hohoho. Et j'ai toujours été quelqu'un de captivant, cela vas de soi.

AAAAAAaaaaarrrrrrggghh !!!! Mais que fais-tu ??? Maladroit !!! Tu m'a renversé l'infusion sur la tête !!!!

kaernak

Ma vie est parfaite. Et la votre ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» Daiku [ terminé ]
Jeu 26 Mar - 10:08 par Démon/Loup

» Ellena Caldin, le silence à l'état pur
Dim 15 Mai - 5:48 par Ellena Hoshizora

» Une proie pour deux
Mer 30 Déc - 13:49 par Yulann

» Alibi, Mécréant
Mar 29 Déc - 10:04 par Eléa

» [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...
Mar 24 Nov - 5:39 par Eléa

» Le registre des Kaernakiens
Mer 30 Sep - 14:58 par Chroniqueuse

» Fiche de Millane
Mer 30 Sep - 13:52 par Chroniqueuse

» A tire d'aile pour notre race
Mer 16 Sep - 11:23 par Daräcorr

» La mort ou la vie pour une patte
Lun 14 Sep - 12:31 par Kaïry


Partagez | 
 

 Vrael, lycan

Aller en bas 
AuteurMessage
Vrael
Namildarien
avatar

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 06/07/2007

Feuille de personnage
Arme:
age: 28
Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Vrael, lycan   Ven 6 Juil - 14:30

Personnage :

Nom: Vrael
Race: Lycanthrope (loup-garou)
Age: 28 ans
Arme: Une longue épée a deux mains


Description physique:
Vrael a des cheveux bruns généralement en bataille, mais qu'il lui arrive parfois de coiffer. Haut d'environ 1.78, ce jeune homme est assez agréable à voir, il en va de soit. Son corps est musclé, mais il est loin d'avoir les muscles d'un guerrier enfiévré qui combattrait chaque jours une dizaine d'homme pour le petit dejeuné. Non, il se contente juste d'une musculature fine, pas désagréable à voir, et pas extrèmement proéminante. Ses yeux, eux, sont de la couleur de l'or viellit par le temps. Ils brillent généralement d'une lueur bienveillante, même si une telle couleur des pupilles à tendance à être inquiétante, comme lorsque l'on se trouve devant un fauve...
Ou un loup.
Il a une peau blanche légèrement bronzé par de nombreuse heures passés sous le soleil, un air contament amical et curieux. Il a tendance à avoir des mimiques qui rendent ses sentiments très visibles, comme s'il avait passé la mageur partit de sa vie à ne jamais cacher ses émotions. Ainsi, il montrera qu'il est en colère aussi bien qu'il est triste.
Il s'habille léger, généralement d'une chemise ample, d'un pantalon et de botte basse, même s'il a tendance à préférer sa forme la plus simple, la ou la décance ne me permet pas de décrire... En public, cependant, il a vite apprit à ne pas enlever plus bas que sa chemise de lin.
Sur son dos est visible une grande ciatrice, qui fait partit de ses secrets, comme chaque être vivant en ce monde en possède. Sinon, sa peau est à peu prêt nette, hormis quelques cicatrices légère qui atteste de ses combats, son sang de loup-garou aidant à ne pas laisser de trop grandes traces.

Sous sa forme de lycanthrope, ou loup, il possède un pelage brun bien nourrit, luisant, agréable à voir comme à toucher. Au niveau de ses oreilles, la couleur s'éclaircit jusqu'à donner un roux discret, mais bien présent. Ses crocs sont jaunis par le temps et le sang, mais reste blanc de vue rapide. Son corps est muscles, cuir et fourrure, le tout parfaitement doser pour donner un "animal" à la ligne équilibré, sportive, assurément une belle "bête".

--------------------

Description mentale :
C'est un lycan assez lunatique. Il se fiche bien des problèmes des humains, un peu moins de ceux de ses congénères, même s'il préfère rester dans son coin, tranquille et attendant. Lorsque le problème dégénère, il fini toujours par intervenir, sans pour autant se montrer agressif, sauf s'il s'agit d'un cas extrême.
Mais plus qu'à la politique de son clan, et plus qu'aux combats organisés par ceux ci, il s'interresse aux étoiles, aux coutumes humaines, et protège sa tranquilité, qui à souvent tendance à se transformer en solitude.
Mais qu'importe, il pourra rester de nombreuses heures en solitaire, à se poser des questions sur telle ou telle pratique qui vallent mieux que d'autre, sur la raison du changement des lunes, sur la vie de petit insecte comme les fourmis, ou tout simplement sur sa raison d'être.
En société, néanmoins, Vrael se montre comme un jeune homme bourré d'humour, pas complexé pour une pièce d'or sur sa nature lycanne, qui aime rire, partager ses idées, et écouter les autres. Il n'aime pas l'adversité, et en aucun cas il tentera de se faire des ennemis, se dirigeant tout simplement vers ceux qui en ont besoin, et ceux suceptiblses de devenir l'un de ses amis. Cela peut n'être qu'une connaissance, ou une amitié plus profonde.
Dans ce genre de cas, Vrael peut se montrer d'une férocité sans égale, lui qui semble doux et passif. Il ne permet pas que l'on fasse le moindre mal à ses véritables amis, ceux qui savent qui il est vraiment, pour qui il n'a aucun secret ou presque, ceux a qui il a ouvert son coeur. Il en oubloe souvent les règles les plus élémentaires de survit, qui consiste à ne pas attaquer des plus gros et des plus fort que soit. Mais lorsque la survit des êtres chères à son coeur est en périle, il n'hésiterait pas à sacrifier sa vie.
Aussi, il n'a jamais ouvert son coeur qu'à peu de personne.
Il n'y a qu'un seul sujet sur lequel il risque de perdre les pédales, c'est sur son passé, un épisode précis de sa vie, celui qui lui laissa une cicatrice sur le dos.

--------------------

Histoire :
Vrael est le troisième fils d'une portée de cinq louvetaux. Autant dire, il est pile aux milieux de cette famille plutôt nombreuse. Alors qu'il était jeune, il voyait le monde avec simplicité : Il y avait son père, le plus grand, le plus beau, le plus puissant des loups. Il y avait sa mère, la plus belle, la plus gentille, la plus rassurante des louves. Ils y avait ses deux soeurs, deux jeune loupiotes par qui il était intrigué, et il y avait ses deux frères, deux louvetaux turbulents dont les jeux consistaient à se griffer, et à attraper l'oreille de l'autre afin de la mordiller. Ses frères et soeur qui n'avait que quelques secondes, voir minutes de différence d'âge avec lui. Il n'y pensait pas beaucoup, rassuré par cette atmosphère tranquille et chaleureuse.

De tous, il fut le seul à ne jamais accepter la pleinitude de ses pouvoir avant unlong moment. Il était loup, et jamais ne lui était venu l'idée de devenir autre chose, comme un mi-loup mi-homme, ou même un homme à part entière. Il rejetait cette idée, n'ayant pas envie d'en savoir plus. Car il avait déjà tant à découvrir dans cette forêt qu'était la sienne. Peu à peu, il s'éloignait de sa famille, qui le croyait incapable de devenir lycan, ses frères et soeurs se transformant dès l'âge de quatre ans, la moyenne en fait. Il s'en fichait un peu, ayant toujours été distant vis à vis de ses frères et soeur, un peu moins de sa mère et un peu plus de son père. Il préféra son monde à celui des autres, jeune et fougueux loup que la vie des autres n'interressait pas.

Le jour ou il prit conscience de cette part de lui même, cet être étrange, qui réfléchissait, qui pensait, dont l'instinct semblait être néant et dont la vie était très différente de la sienne, il fut à la fois choqué et émerveillé par cette découverte. En vérité, tout se déclencha alors qu'il passait prêt d'un village humain. Il vit une jeune femme. C'était sa première rencontre avec les deux pattes, et ce fut la qu'il eut envie de tout savoir sur cette créature rose. Elle était envellopé de tissus, avait d'étrange manière. Il sentit alors qu'il pouvait tout comprendre, et il déverrouilla cette part de son être jusque la restée fermée. Peu à peu, ses bras perdirent leurs fourrures, il se redressa, et il fini en jeune garçon de neuf ans, l'âge qu'il avait à cette époque.
Eberlué, il s'observa sous toute les coutures, et connu la condition humaine : le froid, la perte principale de toutes ses capacités auditives et les odeurs, mais connu le goût, et la sensation. Incroyablement surpris, il se mit à gémir :

"-Ouuh... Ouuuh..." Mais sa gorge n'était pas la même.

Piteux, il vit la femme se tourner vers lui, s'approcher. Il s'accroupit, et ressera ses bras autours de ses jambes. Lorsqu'elle l'aperçut, entièrement nu, elle sembla craquer pour cette petite bouille boudeuse et perdu.
Il fut emmener parmit les hommes, et s'il parla très peu jusqu'à sa quinzaine d'année, il fut curieux de tout, élever comme un homme parmit les hommes. Language, science, coutume de chaque race, expression de chaque classe, rien ne lui échappait, sa soif de connaissance semblant intarrissable.
A quinze ans, avec ses capacités intellectuelles impressionnante, Vrael avait endosser le rôle d'un véritable humain. Il savez tout d'eux.

Vers ses dix neufs ans, il rencontra Querny, une jeune femme avec laquelle il partagea une vie interressante. Bon amis, ils traînaient ensemble, insouciant. Il était amis avec un autre camarade, un griffon du nom de Nylstern. Ensemble, il formait une joyeuse troupe ittinérante, Nylstern dans le rôle de monture, Vrael et Querny dans le rôle de musicien et conteur.
Il se passa un long moment ainsi, ou Vrael en avait oublié sa vie en forêt.

Un jour, Querny fut accusé de sorcellerie. Vrael fut le premier à défendre sa cause, hurlant qu'elle ne pouvait pas être pendue parce qu'elle n'avait par réussit à sauvée une femme par sa "magie". Les Namildarien n'avait-ils pas rejoind Kaernak dans le but d'oublier les anciennes coutûme barbare de leur ancien pays ?
Rien n'en fut. Alors, au moment ou Querny aurait du être pendu, Vrael et Nylstern, les deux rendu méconnaissable par de la terre et des capuches, enlevère la jeune femme de sa triste destinée et s'enfuirent vers la forêt.
A Namildar, ce fut un bouleversement, et il fallut un moment pour reconnaître la sorcellerie blanche comme étant un art non mauvais, qui ne nuisait pas aux citoyens. Querny, malgré le fait qu'elle se trouvait loin, fut lavée de toute injure.
Mais un homme décida qu'il n'en serrait pas ainsi.

Nylstern avait trouvé une compagnne de coeur, et s'ils gardèrent contacte avec Vrael, ils furent occupé par leurs enfants.
Alors que Vrael, allant vers ses vingt deux ans, avait eut avec Querny une jolie petite fille de deux ans, nommée Nali. Querny était finalement morte en couche, mais Vrael s'en était remit pour offrir à sa fille, le dernier vestige de sa défunte aimée, une vie correcte.
Une fois qu'il voulait partir avec sa fille dans les champs, une troupe d'homme armés arrivèrent. Ils le tabassèrent, l'insultant sur lui et sa sorcière de femme. La petite fut tuer par la brutalité des hommes, et Vrael sévèrement blessé.
Il resta plusieurs jours à hurler à la mort, la dépouille de sa fille entre les bras.
Puis s'en suivit une période ou les larmes ne pouvaient plus couler, ou la voix manquait pour sangloter. Ce fut pendant cette période ou plus rien n'avait d'importance qu'il se rappella sa véritable nature.
Il était loup.

Lorsque Nylstern, en visite, se posa prêt de la petite maison de ses deux amis, il fut consterné de voir du sang, un terrain en ruine. Il n'y avait qu'une forme poilu, tenant entre ses bras puissants le cadavre d'une fillette qui commençait à pourir.
L'oeil vide, le poil terne, il eut du mal en regardant ce lycan à reconnaître son viel ami Vrael, incarnation de la joie de vivre.

Il mit du temps à se rétablir, mais préféra sa solitude. Il vagabonda, en loup, pendant trois ans. Puis, il rencontra la meute. Le lycan, maigre, affaiblit, pitoyable, eut à nouveau en face de lui ses semblables, et alors,il tomba à terre pour hurler à la mort et implorer le pardon de Ferendel.
Il se remit pendant l'année qui suivit, celle qui le mena jusqu'à ses vingt six ans. La douleur était moins vive, malgré la cicatrice qu'il restait sur son dos. De fantôme, il redevint lycan, et retourna à la recherche de sa solitude et de la tranquilité d'esprit. Il se demande maintenant s'il l'a trouvé, a vingt huit ans. Peut être, même s'il ne pourra jamais oublier le visage de ceux qui on tué l'une de ses plus grandes raisons d'être.

Il rencontra alors Kimitria. Elle était jeune, c'était une lycanne. Avec elle, il passa du temps, aidant la jeune femme dans sa quête. Elle cherchait son frère, et lui qui n'avait rien à faire l'aida. Cependant, il la perdut de vue, et il ne réussit pas à la retrouver.
Il continua alors sa vie, un peu attristé car il s'était faite à la présence de la jeune femme, et pensa même avoir quelques sentiments. Il se fit conteur et musicien, alors qu'il retournait à Namildar. C'était ce qu'il arrivait le mieux à faire, et gagner sa vie était necessaire par instant. Il aime toujours la sollitude, et retombe peu à peu dans une mélancolie sans danger. Il pensait pouvoir retrouver Kimitria à Namildar, leurs destination, mais il ne la revit pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Vrael, lycan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poussière de Lycan
» Les Lycans recrutent...
» Plus ton sang se vide et plus j'ai peur .. // Jared Carter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
kaernak :: hors jeu :: Registre des kaernakiens :: Kaernakien validé-
Sauter vers: