kaernak
Aaah...

Mais que vois-je ?

Salut a toi, noble lecteur. Il y a si longtemps que je n'avais adressé la parole a quelqu'un. Le dernier aventurier a qui j'ai offert mon language raffiné m'a assomé a coup de gourdin. Quel grossier personnage. Un fou, sans aucun doute.
M'enfin, tu m'a l'air sympathique, alors je vais te raconter ma vie. Cela t'interesse, n'est-ce pas ? Je le savais. Je l'ai tout de suite senti. Nous sommes fait pour nous entendre. Cela se voit sur ton visage; tu es si compréhensif, si accomodant, si doux. Je suis sûr que tout le monde t'adore.

Allons, quelle est cette lueur d'incompréhension soudaine dans ton regard ? Fais un effort, mon ami, ce n'est pas comme si mon discourt était ennuyeux. Tu veux une tasse d'infusion d'écorce elfique ? Non ? Il ne faut pas grogner mais dire "non merci", tu sais. Enfin, tu as raison, c'est très mauvais pour la santé, a la longue.
Tu semble passioné par ce que je dis. C'est naturel. Je m'y attendais, bien sûr. Peut de choses me surprennent, hohoho. Et j'ai toujours été quelqu'un de captivant, cela vas de soi.

AAAAAAaaaaarrrrrrggghh !!!! Mais que fais-tu ??? Maladroit !!! Tu m'a renversé l'infusion sur la tête !!!!

kaernak

Ma vie est parfaite. Et la votre ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» Daiku [ terminé ]
Jeu 26 Mar - 10:08 par Démon/Loup

» Ellena Caldin, le silence à l'état pur
Dim 15 Mai - 5:48 par Ellena Hoshizora

» Une proie pour deux
Mer 30 Déc - 13:49 par Yulann

» Alibi, Mécréant
Mar 29 Déc - 10:04 par Eléa

» [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...
Mar 24 Nov - 5:39 par Eléa

» Le registre des Kaernakiens
Mer 30 Sep - 14:58 par Chroniqueuse

» Fiche de Millane
Mer 30 Sep - 13:52 par Chroniqueuse

» A tire d'aile pour notre race
Mer 16 Sep - 11:23 par Daräcorr

» La mort ou la vie pour une patte
Lun 14 Sep - 12:31 par Kaïry


Partagez | 
 

 [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ellyx
Namildarien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 23
Age : 23
Localisation : là où tu t y attends le moins
Date d'inscription : 03/06/2009

Feuille de personnage
Arme:
age: 14 ans
Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Jeu 3 Sep - 10:28

Ellyx adressa un grand sourire à Ambrys. Elle déploya ses ailes et s'envola derrière le bateau. Pas d'autre bateau en vu, pas de gros poisson bizarre dans la mer mais dans le ciel des nuages menaçant commençait à arriver. Elle prit un peu d'élan et se reposa sur le bateau. Elle se tourna vers Ambrys et lui demanda :
"Des nuages pas très accueillant arrive, tu crois que je devrai prévenir Shadow ?"
A la fin de ses paroles elle sentait le sol bougeait sous elle. Elle regarda ses sandales, la lumière commençait à s'éteidre. Que devait elle faire ? Retourner dans les cales ? Ou tout simplement demander à Ambrys de reformuler son sort ? Si elle descendait dans les cales sera empirerait et en plus Penck était occupé avec Yinn; elle restait toute seule dans son coin. Elle regarda Ambrys et lui demanda :
"Tu pourrais recommencer ton sort ? Mes semelles perdent leur lumière et je sens à nouveau le bateau vaguer."
Elle avait remarqué que cela faisait un moment que Parangon et les deux petites étaient partis.Et Seret n'était toujours pas revenu, mais, ce n'était pas les affaires d'Ellyx. Elle s'en fouttait, elle, de toute façon. Elle remarqua aussi que Eléa et Shadow sentendait bien. Ils étaient habillés chic. Ce n'est pas tous les jours qu'on verra Eléa dans ces vêtements. Et elle ? Ellyx la solitaire, elle s'entendait plutôt bien avec Ambrys. Elle était sympathique et elle lui devait bien ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.okami2.unblog.fr
Migu
Namildarien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 13
Age : 21
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Arme:
age: 12 ans
Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Sam 5 Sep - 3:37

Migu eut un grand sourire. Elle adorait monter à cheval mais Aylee était parti depuis un moment et cela l'inquiétée beaucoup. Mais il fallait qu'elle se concentre, si elle faisait mal au chevaux en les brossant ça finirait mal. Elle était en train de brosser la petite jument pie. Elle était toute joyeuse et elle avait l'air assez jeune. En même temps qu'elle brossait les chevaux, elle surveillait Nunka. Elle ne pouvait pas le laisser tout seul dehors car il aurait fait des bêtises Migu le connaît bien. Et en l'apportant il risquait de faire peur aux chevaux mais Migu le surveillait. Il était assis sagement sur un tas de pailles en train de jouer avec la poussière. Migu venait d'avoir finit de brosser la jument et il ne restait plus que le grand cheval. Elle prit un tabouret pour pouvoir être à peu près à sa hauteur et commença à le brosser. Il était particulièrement sale. Elle mit un bon quart d'heure pour faire le premier côté. Elle descendit du tabouret et se mit de l'autre côté. Elle regarda Nunka il n'était plus sur le tas de palle mais sur une étagère au dessus du grains pour les montures. Migu sentait qu'il allait faire une bêtise. Elle plissa les yeux et dit énervait :
"Nunka descend ou je vais te chercher et ça va faire mal.
Nunka l'ignorat et s'asseya en se léchant la patte. NUNKA ! Descends ! ordonna Migu à Nunka. Il l'ignora encore. Tant pis je vais te chercher mais tu vas avoir mal."dit Migu à Nunka.
Nunka miaula et se coucha sur le dos. Migu prit le tabouret le metta en dessous de l'étagère et essaya d'atteindre Nunka. Migu n'avait pas peur de se faire griffer car si un jour Nunka le faisait ça aurait bardé pour lui. elle monta sur le tabouret et tendit la main. Nunka lui se contenta d'aller à l'autre bout de l'étagère en miaulant.
"Bien puisque c'est comme ça."
Elle descendit du tabouret et se transforma en Lycanthrope. Elle serait beaucoup plus haute. Elle monta sur le tabouret et essaya d'attraper Nunka. Il prit peur et sauta par terre. Migu l'attrapa et redevint normal. Et elle lui dit :
"Je comptais te donner des sardines puisque tu as été sage et que ça te plaît mais puisque tu as fait le pitre je les garderai pour une autre fois."
Nunka regarda Migu d'un regard triste et monta sur son épaule. Migu reprit le tabouret pour le mettre à côté du grand cheval et continua à le brosser. Elle regarda Parangon et lui dit :
"Désolé Nunka à beau avoir trois ans il ne fait que des bêtises je le surveillerait mieux la prochaine fois." Et elle continua à brosser le cheval.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yinn
Shaman
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6
Age : 24
Date d'inscription : 12/08/2009

Feuille de personnage
Arme:
age: 15 ans
Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Sam 5 Sep - 3:52

Yinn fut surprise par la petite fée, Penck qui avait surgi d'un coup. Elle le regarda surprise et lui demanda :
"Euh... oui très beau mais qu'est ce que tu fais ici ?"
(C'est la fée qui soignait l'ange tout à l'heure dit Amidamaru à Yinn.
(Oui je sais mais pourquoi il vient me voir comme ça sans prévenir ? demanda Yinn à Amidamaru.
(Tu es seule à par si je compte et il est seul il voulait un peu parler avec quelqu'un c'est tout répondit Amidamaru.
(Tu as peut être raison ben... ne te montre pas pour l'instant je te demanderai quelque chose si j'ai besoin de toi dit Yinn.(D'accord comme tu veux répondit Amidamaru.)
"Ellyx va mieux ?" demanda Yinn à Penck
La petite fée avait l'air très contente et impatiente. Yinn lui adressa un sourire et lui dit :
"Tu peux te poser su mon épaule si tu veux."
Yinn détourna le regard en attente de sa réponse et regarda la grande étendu d'eau salée. Elle adorait les couché de soleil elle avait hâte d'être ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chroniqueuse
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Sam 5 Sep - 16:44

Les coups que donnèrent Seret en réponse au manque de coopération de la jeune fille furent rude. Sous forme de baffe qui eurent vite fait de rougir les joues d'Aylee, ils durèrent jusqu'à ce que celle ci cesse de se débattre.
Le violeur, lui, gardait un visage de marbre sous son masque, les dents serrés. Il ne comprenait vraiment pas cette réaction stupide. C'était moins douloureux lorsqu'on ne se débattait pas. Était-elle complètement masochiste ?
Il l'attrapa par le poignet, puis d'un geste forgé par l'habitude, la retourna en lui tordant le bras afin qu'elle cesse totalement de bouger. Ses mains, sans aucune gêne, commencèrent à défaire les liens de la tunique de la jeune homme-bête.

_________________
Attention...
Je sais tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aylee
Voleur(se)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2009

Feuille de personnage
Arme:
age: 12 ans
Vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Lun 14 Sep - 14:28

Aylee pleurait. Des larmes innondaient son visage, déjà rougi par les coups. Elle poussa un gémissement de douleur à fendre le coeur lorsque Seret lui tordit le poignet et la retourna pour la contraindre à l'immobilité.

Sa respiration accélérée par la peur et les sanglots, elle tenta vainement de bouger. Elle battit des jambes, mais sentant que le violeur n'avait pas l'intention de la lâcher et que son bras la faisait horriblement souffrir, elle cessa de bouger. Elle implora :

- Non, s'il te plaît ! Tu me fais mal, attends ! S'il te pl...

Un cri de douleur l'empêcha de finir sa phrase. Elle n'avait aucune envie de se laisser faire, mais elle sentait ses forces l'abandonner et sa rage de vaincre la fuir. Ses larmes brouillaient sa vue, et trempaient totalement son visage. Même son front était mouillé ; elle transpirait. A cause de la peur, de la douleur, de l'effort pour se libérer...
Dire que cela ne menait à rien. Elle n'avait pas le choix. De bruyants sanglots la secouèrent. Pourquoi fallait-t-il qu'elle endure encore cela ? Elle n'avait rien fait qui ne la fasse mériter un tel sort ! Elle menait une vie pauvre et dure, comment pouvait-t-elle valoir autant de souffrance ? Elle ne voyait pas où était le mal qu'elle avait commis pour que les Dieux ne la punissent de telle manière. Elle n'était pas riche, ne profitait d'aucun privilège, et chacuns de ses vols étaient nécessaires à sa survie. Alors pourquoi ?
La jeune fille allait comprendre ce que signifiait le mot "injuste" dans une vie telle que la sienne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chroniqueuse
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Mar 15 Sep - 11:39

Le grondement sembla faire éclater chaque planche du bateau. Mais, s'aperçurent rapidement chaques être vivant du bateau, le hurlement n'était pas audible, non, il était directement dans leurs têtes. Un silence profond envahit le navire, qui se demandait d'ou venait un tel rugissement, qui avait ancré en eux une terreur sans nom. Aussitôt, le mauvais oeil fut invoqué, tandis que chacun oubliait sa tâche, figée par la peur.
Ce n'était rien comparé à ce que devait supporter Seret à l'instant présent.
Il hurla, et lâcha Aylee, arrachant au même moment le haut de la jeune fille dans une crispation de la main.

( MISERABLE CLOPORTE ! ) Hurlait la voix, que pouvait entendre Aylee. ( TON ACTE MEPRISABLE SERA PUNI ! JE NE LAISSERAIS PAS PASSER SA ! ) Un temps de silence. ( Une reine ne subira pas cela sous mes yeux. Je pourrais t'écraser en moins de temps qu'il n'en faut pour se debarrasser d'une poussière. ) La voix était devenu acide.

Seret devint comme fou. Il porta ses mains à sa tête, et hurla, essayant de se terrer dans un coin.

"- NON ! NON NON NON !" Hurlait-il dans sa folie

Dans la cale, à l'opposé, Le grand cheval s'était cabré, repoussant Migu dans la paille. L'état de panique des chevaux devenait dangereux, mais après avoir rué, l'étalon s'était immobilisé, muscle tendu, comme s'il était en train de soulever une lourde charge.

Une voix s'infiltra dans l'esprit de Parangon.

( Qu'est-ce que tu attend pour aller l'aider ? C'est ma volontée, alors obéit, satyre ! )
----------


Penck s'était assis, réconforté par l'idée qu'il ne serait pas jeté. Il sourit, et dit :

"- Je voyais que tu étais seule, alors je suis venu te parler. On dit que la solitude est mauvaise pour la santé, et j'ai envie d'en connaître plus sur chaques membres du groupe !"

Il s'apprêta à ajouter autre chose, mais alors une colère envahit son esprit.
L'elfe eut un hurlement, et bascula en arrière, se tenant la tête à deux mains. La douleure était terrible, tant la colère de l'entité lui transpercait tout le corps. Il sentait la fureur de l'individu, contre un acte qui le révoltait. Il sentit alors, guidé malgré lui vers les câles, la douleur de Seret et d'Aylee, les paroles venimeuse de la puissante créature.

Il s'agita, douloureusement, le corps secoué de spasme. Il hurlait, comme Seret dans la cale :

"- NON ! NON NON NON NON !"

_________________
Attention...
Je sais tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parangon
Garde
Garde
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 44
Localisation : Namildar
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Arme:
age:
Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Mar 15 Sep - 11:55

Parangon secoua la tête, en regardant Migu. Elle travaillait bien, sans aucun doute. Mais ce qu'elle venait de faire était une erreur. Il dit, d'un ton d'instructeur :

"- Evite de te transformer devant les chevaux. L'odeur des loups réveillent en eux un instinct de conservation. Ils pourraient s'affoler."

Il continua à brosser l'une des juments, tranquillement, lorsqu'il lui sembla que tout devenait étrange. Il avait l'impression que l'air était saturé, comme si une puissance écrasante se trouvait dans les lieux, et qu'ils avaient déclenché sa fureur. Au moment moment, la jument lui envoya un coup, qui l'envoya rouler plus loin.
Les chevaux étaient dans un état d'affolement extrême. Cela ne venait pas de Migu. La chose qui leur avait fait peur était nettement plus effrayante.
Parangon lui même se sentait trembler.

Heureusement qu'il était de constitution solide. Et très réactif. Il se releva en un rien de temps, puis extirpa Migu de sous les sabots de l'étalon, qui n'aurait eut aucun mal à l'écraser, et à la tuer. Même tremblant, il s'activa à calmer les chevaux. Le travail le rassuré.
Jusqu'à que la chose lui parla.

Il ne chercha même pas à comprendre. Il était déjà partit, prit d'un doute immonde.

"- Reste la !" Lança t-il à Migu, alors qu'instinctivement il courrait vers la réserve.

L'entité qui lui avait parlé n'était pas mauvaise. Elle semblait vouloir le prévenir. Et ses doutes furent aussitôt confirmé, lorsqu'il entendit les hurlements de damné de Seret. Il fit exploser la porte, et remarqua aussitôt Aylee. Il ne se contrôla même plus.
Il attrapa le violeur prostré, et lui assena une série de coup, qui, si la voix dans sa tête ne le lui avait pas ordonné, il l'aurait sans aucun doute tué.

( Calme toi, humanoïde. J'ai fais ce qu'il fallait. Occupe toi de l'autre. )

Il lâcha Seret, comme s'il était passé sous une douche froide. Il s'approcha d'Aylee, et se laissa tomber à genou. Il tendit une main tremblante vers elle.

"- Je... Je suis désolé." Il l'attrapa, et la serra contre lui. "- Je n'ai pas fait ce qu'il fallait pour te protéger. Pardonne moi."

Il écrasa les larmes qui étaient apparu dans ses yeux brun, puis, laissant Seret dans la calle - il semblait ne plus jamais vouloir bouger - il soutint le corps de la jeune fille dans ses bras, et sortit sur le pont.

"- Je demande réparation." Hurla t-il d'une voix tonitruante. "- Réparation par rapport à un évènement majeur."

Il se dirigeait vers l'avant, ou se trouvait Eléa et Shadow. Il n'en avait rien à faire d'être pui pour son manque de sang froid. Il ne voulait que justice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléa
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 117
Age : 25
Date d'inscription : 26/03/2007

Feuille de personnage
Arme:
age: 19
Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Mar 15 Sep - 14:32

Eléa avait elle aussi ressenti quelque chose de bizarre. Elle avait même senti une certaine douleur, comme un cri aigu à l'intérieur de sa tête. Elle s'était plaqué inutilement les mains sur les oreilles à cause d'un réflexe, et un petit cri de surprise lui avait échappé alors qu'elle sentait ses doubles d'âme hurler en elle. Quelque chose s'était produit, ou allait se produire. Quelque chose de grave. Ou du moins, ça l'était assez pour réveiller une force puissante.

La jeune femme s'était figée un moment les sourcils froncés, puis des cris avaient retenti. Des "non" criés avec force, désespoir. Lorsqu'il avait hurlé la première fois, Eléa n'avait pas reconnu Seret. Puis Penck s'était mis à faire de même. Des bruits de sabots avaient retenti dans les cales, autant ceux des chevaux que ceux de Parangon : ce dernier était sorti de la cale avec un corps maigre entre les bras, criant justice.
Sans s'en rendre compte, un mouvement incontrôlé avait poussé Eléa en avant. Elle avait avancé de quelques pas, sous l'indignation. Que s'était-t-il passé ?

Un coup de vent passa, effaçant un certain stress. Mais combien de temps cela allait-il durer ? Eléa ne demanda pas "que s'est-t-il passé ?", puisqu'elle savait que Shadow, en tant que chef d'expédition, puis par curiosité et inquiétude, allait poser lui-même la question...

_________________
Je vole, je vole, je... Non, je m'envole !
Nulle corde n'immobilisera mes mains,
Telle un oiseau, telle une pie, je décole,
Je suis un volatile au plumage divin.

Divin parce que noir et brillant, acéré,
Les plumes sont des armes de jet tranchantes
Qui ne laissent ni chance, ni prospérité,
Juste une dernière pensée bien démente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aylee
Voleur(se)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2009

Feuille de personnage
Arme:
age: 12 ans
Vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Mar 15 Sep - 14:56

Aylee sentit soudain que Seret la lâchait. Son bras la faisait toujours souffrir, mais elle avait bien compris qu'elle était libre. Une voix retentit soudain à l'intérieur de sa tête, l'angoissant encore un peu plus qu'elle ne l'était déjà. Les propos tenus auraient peut-être du la rassurer ? Eh bien ce n'était pas le cas. Seret avait l'air de souffrir, mais peut-être l'homme surmonterait-t-il cela et reviendrait-t-il à la charge... De plus, la force qui s'était adressée à lui avait l'air tout particulièrement puissante. Du genre à ne pas défier.
Quelques secondes plus tard, Parangon débarqua dans un bruit de sabots qui retentirent aux oreilles d'Aylee comme une vraie fanfare. La surprise la fit faire un bond, mais en reconnaîssant le satyre elle se calma aussitôt. Elle se savait en sécurité avec lui.
Tremblante, elle assista à la scène de baston. Lorsque Parangon lâcha Seret, sous ordre de l'antité qui faisait retentir ses volontés directement dans les esprits des passagers, et qu'il se laissa tomber à genoux devant elle, elle sentit soudain qu'elle avait froid. Son haut lui avait été arraché, mais le froid qu'elle ressentait n'était pas superficiel, c'était un froid au corps comme à l'esprit. Elle était à demi nue devant quelqu'un qu'elle respectait profondémment, et à qui elle avait promis de faire des progrès, et qui pourtant venait de l'aider. Même si Seret l'avait lâchée avant l'arrivée du satyre, ce dernier lui était d'une grande aide.
La jeune fille avait toujours le visage innondé par un torrent de larmes qu'elle peinait à calmer. Puis soudain Parangon prononça de sincères excuses. Il lui demandait de le pardonner, la serrant contre lui. Elle lui rendit son étreinte, rassurée. Elle se fichait de lui pardonner ou non, la question n'était pas là. Mais il était présent, et cela comptait.
Elle sentit le satyre la soulever, et se diriger vers le dehors. Elle se cacha alors la poitrine et le visage de ses bras et en se recroquevillant, elle n'avait pas envie que tout le monde n'admire ses larmes ni son corps. De plus son bras, qui avait été contortionné, la faisait encore souffrir. Elle n'avait aucune blessure à déplorer, mais son membre la ferait probablement souffrir quelques jours.
Aylee se cacha en se serrant contre Parangon, en attendant de voir ce qui allait se passer, et qui était cette antité qui l'avait sauvée d'un sort plus qu'injuste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Migu
Namildarien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 13
Age : 21
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Arme:
age: 12 ans
Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Lun 21 Sep - 12:17

Migu resta bête au moment ou Parangon parti vers les réserves au triple galop. Elle n'allait pas rester là elle se demandait ce qui c'était passé dans la tête de Parangon. Aylee ! Bien sur ! Elle était restés trop longtemps pour aller chercher des biscuits et en plus Parangon avait du entendre du bruit à la réserve. Migu avait elle aussi entendu du bruit. Mais tant que Parangon ne faisait rien elle n'avait rien dit. Mais maintenant elle n'allais pas rester là lers bras croisés en attendant le retour de Parangon. Et si c'était grave ? Et si Aylle c'était blessée ? Ou même pire... tué. Elle attrapa Nunka :
"Viens Nunka"
Ordonna t-elle à son chat elle le prena dans les bras et couru dans la même direction que Parangon. Elle le retrouva sur le pont Aylee dans les bras à moitié nu. Elle équarquilla les yeux. Il y avait tout le monde :
Parangon, Shadow, Eléa, Ellyx, Ambrys,Yinn, elle, Aylee bien sur et Penck qui avait l'air de se tordre de douleur. Il ne manquait que : Seret. Il était bizarre ce type. Migu se demandait où était-il passait ? Peut être c'était il cachait dans un endroit. Ou bien il était en train de se promener dans le bateau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yinn
Shaman
avatar

Féminin
Nombre de messages : 6
Age : 24
Date d'inscription : 12/08/2009

Feuille de personnage
Arme:
age: 15 ans
Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Mer 23 Sep - 11:29

"Penck ! Qu'est ce que tu as ?" demanda surprise Yinn.
La petite fée avait l'air de se tordre de douleur. Elle l'a rattrapa juste avant qu'elle ne touche le sol.
(Amidamaru qu'est ce qui se passe ? demanda Yinn à son esprit
(Penck a l'air de souffrir... regarde là bas c'est ce satyre avec l'une des petites dans les bras. Elle a l'air mal en point. répondit Amidamaru.
(Pourquoi est elle comme ça ? Je crois qu'il a du se passer quelque chose tout à l'heure) s'exclama Yinn.
Penck était plié en deux dans la main de Yinn. Il avait les yeux fermés et plissés. Les mains sur les oreilles répétant sans cesse :
Non ! Non ! Non ! Non ! Non !
Elle se sentaut mal un courant glacial passé dans l'air. Une bourasque de vent souffla fesant volait les cheveux de Yinn.
Elle regarda toute les personnes présente sur le bateau Penck toujours dans la main :
Parangon et Aylee à moitié nu dans ses bras. Eléa et Shadow ensemble tout les deux comme tout à l'heure. Migu venait d'arriver ses yeux équarquillés. Ellyx et Ambrys ensemble en train de bavarder. Et Seret ou était il celui là ? Pas de trace de lui depuis au moins une heure. Elle regarda le ciel. Des nuages pas très accueillant arrivés derrière le bateau. Il risquait d'avoir un orage. Penck se tordait toujours de douleur. Elle décida d'aller voir Shadow pour lui demander se qu'il lui arrivait. Elle descenda les trois marches penck toujours dans la main et s'avança devant Shadow.
"Excusez moi de vous interrompre Penck a l'air de souffrir qu'est ce que je dois faire ?" Lui demanda-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shadow
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 17/04/2007

Feuille de personnage
Arme:
age: 25
Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Mer 30 Sep - 15:28

Shadow sursauta, et porta la main à ses oreilles, cherchant à se couper du bruit qui, malheureusement, résonnait dans toute sa tête. Puis, aussi rapidement qu'il était apparut, le grondement sauvage disparut. Il cligna des yeux, un instant hébété, puis se reprit. Un chef ne devait pas montrer son imcompréhension, car cela risquait de se propager dans tous l'équipage comme une trainée de poudre, et de provoquer un vent de panique.
Aussi, lorsqu'il entendit certains marins parler de mauvais sort, il décida d'étouffer la rumeur dans l'oeuf :

"- Du calme ! Que chacun retourne à son poste ! Je vais voir ce qui se passe."

Il entendait dans les cales les roulements de sabot des chevaux, qui eurent tôt fait de se calmer. Etait-ce Parangon qui faisait un aussi bon travail ? Il s'apprêtait à descendre lorsqu'il entendit des éclats de voix étouffer par les planches? Une minutes plus tard, un Parangon fulminant demandait justice. Et pour ne pas l'aider, Une Yinn pleine de doute lui présentait une fée mal en point.
Pourquoi fallait-il que tout lui tombe dessus d'un coup ?
Il appréciait le silence d'Eléa. Si elle avait oser ouvrir la bouche, cela aurait comme si elle tentait de lui usurper le contrôle de la situation, et donc de l'expédition. Il aurait été obligé de la punir.

"- Du Calme !" Répéta le guerrier.

Un regard Sur Aylee, dans les bras du Satyre, lui apprit pas mal de chose. Il soupira, et dit :

"- Ou est Seret ?"

Il était le seul absent, tous le monde étant sur le pont. Et, aussi, il était la seule personne en qui il n'avait aucune confiance. La plus malhonnête. La plus propice à ce genre de chose, bien que cela semblait fataliste.

"- Parangon, Yinn, emmenaîent Penck et Aylee à l'infirmerie. Eléa, tu viens avec moi. Migu, va voir si les chevaux sont calmes. Et les autres, il n'y a rien à voir, je veux que tous le monde reprenne son activité initiale."

Sur ceux, il attendit la réponse de Parangon afin de pouvoir rendre la justice que lui demandait le Satyre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Parangon
Garde
Garde
avatar

Masculin
Nombre de messages : 14
Age : 44
Localisation : Namildar
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Arme:
age:
Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Mer 30 Sep - 15:49

Parangon tremblait tant et si bien de fureur, que lorsqu'il s'en aperçut, il dut faire un effort incroyable pour se calmer. Il détendit ses muscles, et se força à prendre un air moins furieux. Il opta pour la pose militaire de base, et sa voix était d'un neutre impécable :

"- Seret est dans la réserve, monsieur. Je suis dans le regret de vous avouer qu'ilest dans un mauvais état monsieur, et que je suis la cause de cet état."

Autant avouer la faute tout de suite. Sa punition n'en serait que moindre. Il reprit son souffle, droit comme un piquet, puis resserant ses bras autours d'Aylee afin de la proteger un maximum du regard des hommes autours d'elle, il dit :

"- Bien monsieur."

Il se tourna, prenant la direction de l'infirmerie. Il ne lui fallut que peu de temps pour l'attendre. Il déposa Aylee sur un lit, fouillant dans un coffre avant d'en sortir une tunique deux fois trop grande pour elle. Malheureusement, elle était frêle, et il n'y avait pas de tunique à sa taille.

"- Enfile sa." Dit-il d'une voix douce, rassurante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avalanth
Namildarien


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 13/08/2009

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Mer 30 Sep - 15:57

Trop loin. Elle était allée trop loin. C'était les pensées que se répétait la dragonne, sans cesse. Aurait-elle du agir moins violemment ? Sûrement. Cependant... Ce horrible humain avait tenté, en sa présence, le pire des crimes chez un dragon. Le viol.
Les dragonnes, comme toutes les créatures féminines en ce monde, étaient les porteuses de la vie. Elles étaient les reines, et les mâles se devaient de gagner leurs faveurs pour pouvoir assurer des descendants de leurs lignées. Les violeurs étaient des créatures méprisables, qui osait souiller l'une des porteuses de vie en l'obligeant à enfanter. Ces êtres devaient être punie.

Le grand cheval, une fois rassuré dans ses pensées, observa les autres animaux autours de lui. Sa couverture était-elle détruite ? En tout cas, Avalanth se devait de rassurer le pauvre elfe.

( C'est fini, petit être. Calme toi. ) Elle parlait d'une voix douce, caressante.

Lui n'avait rien fait. Il avait subit la douleur d'un autre en même tant. Elle lui avait apporté préjudice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chroniqueuse
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 122
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Mer 30 Sep - 16:05

Penck, en entendant la voix d'Avalanth, réussit à ne plus crier. La douceur dont l'entourait la créature qui lui parlait faiait fuir la douleur. Il put enfin respirer normalement, encore secouer de tremblement, sans ressentir la terrible angoisse qui l'avait prise quelques instants plus tôt.
La fatigue l'avait envahi, tellement qu'il ne pouvait plus se lever. La voix carressante, l'apaisement qu'il ressentait à cet instant lui donnait envie de plonger dans le sommeil. Il n'entendait pas les voix autours de lui.

L'elfe se laissa porter, les yeux fermer, le corps couvert de sueur et tremblant.

_________________
Attention...
Je sais tout !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellyx
Namildarien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 23
Age : 23
Localisation : là où tu t y attends le moins
Date d'inscription : 03/06/2009

Feuille de personnage
Arme:
age: 14 ans
Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Mer 7 Oct - 12:28

Ellyx était stupéfaite parce qu'elle venait de voir. Parangon, Aylee à moitié nu dans les bras du satyre que c'était il passait ? Perdu dans ses pensées, elle secoua sa tête et prit la décision d'allait prévenir Shadow des nuages avant qu'il ne parte. Ellyx déploya ses ailes et se posa devant Shadow en lui disant :
"Shadow... je sais que je vais t'apporter un travail en plus mais des nuages noirs menaçants arrivent par derrière... je peux évidemment les détournés grâce à ma magie mais si tu ne veux pas c'est toi qui décide puisque tu es le CHEF Ellyx accentua son ton sur "chef" car si Shadow décidai qu'elle ne devait pas les détourner cela pourrai mettre tout l'équipage en danger. Elle cela lui importé peu car elle volait mais des dizaines de kilomètre sans s'arrêter. La lumière de ses semelles étaient presque éteinte elle recommençait déjà à avoir la nosé. Elle s'appuya l'estomac et mit sa main sur sa bouche pour retenir un vomissement. Au lieu de rester au sol elle préféra voler sur plce pour ne pas sentir les mouvements du bateau. Le tonnerre se faisait sentir. Ellyx elle adorait la foudre un peu à cause de son pouvoir. Si elle se faisait frapper par la foudre cela multiplié son pouvoir mais cela pouvait aussi le rendre tellement puissant qu'il serait incontrôlable. Une fois cela lui était arrivée... c'était quand elle était encore avec ce groupe d'enfant hors la loi qui avait bien failli la tuer sans l'aide de son ami. Une vague de nostalgie submergea Ellyx mais elle l'a fit retomber aussi rapidement qu'elle était venu :
C'était un soir orageux ils avaient cambriolés une auberge qui contenait plus de 5000 mille écus d'ors ce qui pouvait largement les aider pendant plusieurs semaines. Ils couraient car ils savaient qu'ils étaient suivis par les gardes. Ils arrivèrent sur une collines assez haute. Un grand arbre était au milieu. Aucun ne voulait aller dessous au rique de se faire electrocutés. il n y avait que l'a plus jeune. Une petite fille du nom de Assyléa qui n'avait que 4 ans à l'époque. Personne ne l'avait prévenu car elle n'était pas très utile tous voulait se débarasser d'elle. Ellyx avait 14 ans à l'époque. Quand elle vu la foudre commençait à tonné au dessus de l'arbre elle avait jeté son sac et avait volé jusqu'à Assyléa. Elle avait poussé juste à temps mais elle avait reçu la décharge electrique à sa place. Tout le monde adoraient Ellyx à l'époque elle était très douée mais elle était assez sensible encore. Elle était affalée par terre quand d'un coup elle se releva. Ses yeux avait viré du marron fonçé au rouge sang. Elle avait des éclairs qui se dessinaient de partout sur son corps. Les gardes étaient arrivés. Deux grands hommes musclés étaient là. Ellyx sans dire un mot balança deux sortes de liane electrique qui désintégra les deux hommes sur places. Ses yeux redevinrent à leur couleur d'origines juste après cela et elle s'était évanouie pour se retrouver dans leur vieille cabane.
Ellyx avait pratiquement oublié qu'elle était en train de voler et elle s'était retrouver à au moins une trentaine de mètre du sol. Ce la surpris et elle tomba pour freiner juste avant de s'écraser au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.okami2.unblog.fr
Migu
Namildarien
avatar

Féminin
Nombre de messages : 13
Age : 21
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Arme:
age: 12 ans
Vie:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Ven 9 Oct - 9:22

Migu resta muette pendant quelques secondes et elle finit par aqcuiser. Mig coura jusqu'aux écuries et constata avec stupéfaction que tous les chevaux étaient en train de se gambader sauf le grand cheval. (Bon ben... je crois bien qu'il va falloir que ce soit moi qui guide les chevaux jusqu'à leur box. se dit Migu après j'irai voir Aylee pour voir si elle va mieux.)
Migu essaya tant et fois de guider les chevaux jusqu'aux box. Mais ces bêtes étaient vraiment têtues. Elle essaya de les guider avec de la paille mais en marchant en arrière elle trèbucha à cause de rateau dissimulé dans la paille. Ensuite peut être que si Nunka l'écouté et qu'il faisait du bruit il pouvait faire peur aux chevaux et les ramenés dans leur box. Cela n'a fait qu'agraver le cas en plus Nunka n'avait rien compris au lieu de miauler méchament il mordait la queue des animaux. Nunka était aussi têtu qu'un âne. Il l'avait comprise bien sur, mais il adorait faire le contraire de ce qu'on lui disait. Et la troisième solution monter à crue sur les cheveaux. Migu commença par la petite jument qui ne rechigna pas trop et elle l'a remit dans son box. Ensuite vint le tour d'un mâle alezan qui était assez têtu. Il n'était pas très vieux il devait avoir 6,7 ans. Elle fit ça pour chacun des chevaux et elle termina sur le plus têtu ou plutôt LA plus têtue une jument souris qui n'arrêtée pas de changer de dirrection juste devant l'entrer du box. Elle finit par y arriver. Elle avait une demi heure pour tous les chevaux. Enfin finit, elle s'essuya le front, des gouttes de sueur était tombé. Elle prit Nunka dans ses bras et accouru à l'infirmerie. Elle s'arrêta net à la moitié du chemin. Shadow ! Elle devait le prévenir pour les chevaux. Au tant pis Migu le ferait tout à l'heure. Mieux vallait ne pas s'attarder. En plus Shadow devait être occupé. En arrivant devant la porte, elle toqua trois fois et une femme au regard sévère lui ouvrit la porte :
"Que voulez-vous ? dit elle d'un ton sérieux.
-Et bien... je... je voudrai voir l'infirmière de Aylee pour savoir si je peux la voir bégaya Migu.
-C'est moi qui soigne Mademoiselle Aylee et Penck ! Je me nomme Lytarell. Pour rentrer déjà de un lâché ce chat de goutière, deux lavez vous les main on est dans une infirmerie pas dans une ferme ! Et trois hautait vos chaussures ! répondit séverrement Lytarell.
Migu lâcha Nunka et elle lui caressa la tête. Lytarell lui tendait un savon et un seau dos. Migu se lava les mains. Ensuite elle ota ses chaussures et elle put entrer. Au bout de quelques mètres, Migu lâcha :
-Mais pour qui se prend cette mégère ! Ne oensons plus à ça allons voir Aylee."
Migu coura vers un rideau et le retira. Il y avait le petit corps frêle d'Aylee évanouie Parangon à côté. Penck était couché dans un lit à côté. Migu demanda à Parangon :
"Comment va t'elle et elle attendit sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléa
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 117
Age : 25
Date d'inscription : 26/03/2007

Feuille de personnage
Arme:
age: 19
Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Mar 13 Oct - 12:04

Eléa soupira. Pourquoi fallait-il que cela se passe de cette manière ? Il n'avait pas pu s'empêcher ? Etait-il vraiment idiot, en fin de compte ? Seret n'avait pas pensé qu'une telle conduite serait remarquée, ferait du bruit, sur un tel lieu ? Avait-il oublié que sur un bateau, lieu d'où l'on ne pouvait pas s'échapper, les mauvaises conduites étaient vite remarquées et corrigées ? Il n'était pas à Namildar ! Les faits ne s'envoleraient pas dans les rues, ni ne passeraient inaperçus.
De plus, Aylee était une jeune fille innocente, et elle n'avait pas à subir telle souffrance. Seret était crétin et cruel. A présent, la petite était dans un drôle d'état, probablement traumatisée ; Parangon était dans une colère noire ; Shadow allait probablement avoir des ennuis, et Seret allait être puni. Et tout cela ne lui avait rien rapporté. Même pas de plaisir, apparemment, quelqu'un était intervenu trop tôt. Vraiment, il fallait être idiot !

La jeune femme se répétait cette phrase dans cesse. La sottise de certains allait créer des ennuis à plus d'une personne, et cela ne lui aura même pas procuré de plaisir personnel.
Shadow donna ensuite des instructions. Parfait. Il prenait les choses en main. Elle acquiesça, et se prépara à suivre le guerrier, le visage caché par ses cheveux - il affichait un rictus de haine simple et bien précise. Elle espérait seulement que Seret aurait assez de jugeotte pour l'éviter pour le reste de l'expédition, sinon, Shadow ou pas Shadow, elle risquait de se mettre terriblement en colère. Bien que les pires actes ne la touchaient pas, un viol sur un enfant - ou une adolescente - était quelque chose qui la dépassait. Pour le fait, pour le traumatisme restant dans la tête de la victime, pour tout. Mais surtout, il fallait vraiment être idiot...

_________________
Je vole, je vole, je... Non, je m'envole !
Nulle corde n'immobilisera mes mains,
Telle un oiseau, telle une pie, je décole,
Je suis un volatile au plumage divin.

Divin parce que noir et brillant, acéré,
Les plumes sont des armes de jet tranchantes
Qui ne laissent ni chance, ni prospérité,
Juste une dernière pensée bien démente.


Dernière édition par Eléa le Sam 13 Mar - 9:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aylee
Voleur(se)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 01/08/2009

Feuille de personnage
Arme:
age: 12 ans
Vie:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Jeu 15 Oct - 13:02

Aylee n'écoutait qu'à moitié ce qui se disait autour d'elle. Elle n'entendit en fait même pas les instructions de Shadow. Recroquevillée, crispée, serrée contre Parangon, elle tremblait.
Quelques secondes plus tard, elle fut déposée sur un lit avec douceur. Elle s'assit en repliant les jambes vers l'extérieur, et laissa pendre ses bras sur les côtés. L'un d'eux était encore douloureux, mais elle n'y prêta pas attention. Elle ne cherchait même pas à se cacher : Parangon l'avait déjà vue, et de plus, sans qu'elle soit exhibitionniste, elle n'avait pas grand chose à montrer. La seule chose qui serait choquante sur son corps nu serait plus sa maigreur que sa poitrine. Le satyre lui tendit une large tunique, qu'elle enfila. Une douleur dans son épaule la fit grimacer, mais elle ne s'attarda pas. Elle planta son regard véron et perçant dans les yeux de Parangon. Peut-être devrait-elle lui dire ? De toute façon, elle avait besoin d'en parler à quelqu'un, et hormis le satyre, personne sur ce bateau n'était en mesure de l'écouter. Elle s'assit sur le bord du lit, renifla, s'essuya le nez et prit la parole :

- Parangon, je... Je suis désolée. A cause de mon imprudence, tu es fâché et Shadow va avoir des ennuis. J'aurais dù me méfier. Il m'a eue comme la première fois, j'aurais dù savoir qu'il était là. J'aurais dù penser avant d'agir.

Elle marqua une courte pause, le temps de frissonner au souvenir des actes passés, puis reprit :

- Il s'est déjà attaqué à moi il y a quelques mois. Et il a procédé de la même manière : il s'est approché doucement, dans mon dos, et... Et... fit-elle en plissant les yeux, incapable d'en décrire plus. Il... Il m'a gardée prisonnière longtemps, je ne sais pas... Je n'arrive pas à me métamorphoser, quand il est là. Je ne sais pas ce qui m'en empêche, mais ça me paralyse, ça me fait peur...

Elle poussa un râle. Ah, cela suffisait. Elle devait se reprendre. Il devait avoir compris, inutile d'en dire plus. Elle sécha ses larmes et redressa la tête.

- Parangon, je te promets que je vais progresser. Je ne me laisserai plus surprendre, il ne m'empêchera plus de me transformer. Je te jure que bientôt, je serai capable de me défendre seule. Ce n'est pas la première, mais c'est la dernière fois que cela m'arrivera. Je vais m'entraîner, tu verras, et je t'étonnerai. J'ai seulement grand besoin de ton aide, si tu veux bien me l'offrir...

Elle était déterminée. Elle voulait montrer au satyre qu'elle n'était pas faible, ni impuissante. Ou du moins, qu'elle ne le serait plus.
Elle remonta sa tunique, qui lui tombait sur l'épaule. Le trou pour la tête était assez large pour qu'elle puisse y glisser ses épaules... Rhoo, et puis après tout, ce n'était peut etre pas si mal. Si elle arrivait à dénicher une ceinture, elle aurait déjà un peu plus d'allure.
Non pas que la jeune fille se souciait vraiment de son apparence, mais elle souhaitait oublier ce qu'elle avait vécu. Ou du moins, momentanément...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ambrys
Namildarien
avatar

Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 11/08/2009

Feuille de personnage
Arme:
age: 23 ans
Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Jeu 15 Oct - 14:02

Ambrys avait faillit hurler. La voix qui avait surgi semblait si menaçante, si irrésistible. Impossible de ne pas l'entendre, c'était un son qui retentissait fortement, mais que l'on entendait pas avec les oreilles -même si le cri lui vrilla tout de même les tympans.
La jeune femme s'était redressée brusquement, se prenant la tête entre les mains. Elle avait poussé un léger cri de surprise, et aussi un peu de douleur. En tant que magicienne, elle avait le mental fragile, dans le sens ou il était ultra sensible. C'était une sorte de télépathie, après tout. Mais il n'y avait pas que cela. Qui pouvait avoir un pouvoir assez puissant pour lui donner l'impression que sa tête était ressérrée dans un étau, et avoir un effet sur chaque membre de l'équipage ? Ambrys se calma à grand peine, grimaçante. Elle sentait que ce qu'elle avait entendu n'était rien comparé à celui qui se trouvait dans la réserve : les ondes télépathiques se dirrigeaient vers cet endroit. Qui que ce soit, il devait drôlement souffrir : même elle, pourtant loin de là, avait faillit hurler...
Lorsque le cri cessa, elle constata que tout un remue ménage avait lieu : Penck hurlait à la mort, Shadow et Eléa semblaient aussi perturbés, et Parangon avait l'air d'être drôlement furieux. Il avait le visage froncé. Il tenait dans ses bras un corps fin, maigre, à moitié nu. Ambrys reconnut la couleur de cheveux presque rousse de la petite Aylee, qui, prostrée, tremblait de tous ses membres.
La vérité éclata. Ambrys porta ses mains à son visage, choquée. Non pas que sa conscience avait été heurtée -grand Dieu non !- mais comment pouvait-on être aussi cruel ? Il ne pouvait s'agir que de Seret, la magicienne avait bien compris qu'il avait tenté de faire quelque chose d'impardonnable. Seule cette voix, ce son tonitruant, l'en avait empêché. La jeune femme comprit que la douleur qu'elle avait sentie lorsque son mental avait été touché était le fruit d'une colère sans bornes, déchainée, et qui avait servi à protéger la petite.
L'injustice avait presque eu lieu. Ambrys, qui s'était figée, abandonna son aspect de statue. Elle s'avança vers Parangon, autour duquel tout le monde arrivait. Il réclamait justice, Ambrys le comprenait bien. Elle se sentait indignée, en colère, mais surtout, pleine de compassion. Aylee était innocente, et si rien n'avait eu le temps de se produire, cela semblait déjà bien assez traumatisant.

Shadow donna des ordres. Elle fronça les sourcils en entendant qu'elle ne devait pas se préoccuper de ce qui venait de se produire : comment ne pas s'interroger ? Même si dans un sens, il avait raison.
Pourtant, elle était inquiète. Elle voulait aller voir Aylee, la rassurer, un peu comme une mère l'aurait fait avec sa fille qui aurait fait un cauchemar. Seulement, elle devait obéir, et bien que cela ne la dérangea, elle ne pouvait se dérober. Elle savait Parangon aux côtés de la petite, elle avait assez confiance en lui pour savoir qu'il saurait s'occuper d'elle, mais intérieurement, elle ne s'en satisfesait pas.
Une idée s'alluma dans son esprit. Elle n'allait sûrement pas désobéir, après tout, Shadow avait dit de reprendre ses activités. Comme elle n'en avait pas, il était temps qu'elle s'en trouve une.
Ambrys se rendit dans la cabine où elle avait posé ses affaires, et fouilla dans un sac -ou plutôt une besace. Elle en sortit une tasse, dans laquelle elle versa le contenu d'un petit sachet qu'elle avait déchiré. Elle plongea ensuite son doigt dans la tasse, une lueur brilla un instant, et un chocolat chaud et fumant apparut. Ambrys sourit légèrement.

La jeune femme sortir de la pièce sombre, puis se dirrigea vers l'infirmerie. Elle toqua doucement à la porte, espérant apporter un peu de réconfort. Elle ne pouvait faire que cela...
Hum... Après réflexion, elle pouvait aussi soigner les éventuelles blessures. Le corps d'Aylee avait-il été abimé ? Elle était magicienne, après tout. C'était aussi son rôle, elle pouvait prendre la fonction de guérisseuse en cas de besoin, si besoin il y avait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléa
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Féminin
Nombre de messages : 117
Age : 25
Date d'inscription : 26/03/2007

Feuille de personnage
Arme:
age: 19
Vie:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   Mar 24 Nov - 5:39

Et alors...?


OU SONT LES GENS ?!




Commence à m'énerver, moi ! REVENEZ POSTER !!



[Je supprimerais ce message dès que le prochain aura posté une réponse au message précédent] >: [

_________________
Je vole, je vole, je... Non, je m'envole !
Nulle corde n'immobilisera mes mains,
Telle un oiseau, telle une pie, je décole,
Je suis un volatile au plumage divin.

Divin parce que noir et brillant, acéré,
Les plumes sont des armes de jet tranchantes
Qui ne laissent ni chance, ni prospérité,
Juste une dernière pensée bien démente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Epidémie] Sur les flots, Le Vif-argent...
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» gagner de l'argent tous les mois en visionnant des pubs!
» Gagner de l'argent tout en surfant simplement depuis son PC
» Joueurs invétérés:gagner de l'argent en surfant...
» Truffe d'Argent... 2ème édition?
» Gagnez de l'argent facilement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
kaernak :: Haute Mer :: Océan-
Sauter vers: